« Fièvre sur Anatahan » : Ève et les serpents

26 octobre 2018


Photo : AlloCiné

60 ans après sa sortie en 1953, le film de Joseph von Sternberg, Anatahan, entièrement tourné au Japon, ressort en salles dans une copie augmentée et restaurée. Sternberg s’échappe du système hollywoodien pour réaliser un film unique en son genre, avec des acteurs japonais, parlé en japonais et, en voix off, Sternberg lui-même. On retrouve son goût pour l’exotisme et les atmosphères moites d’Asie (Shanghai Express, Shanghai Gesture). Que se passe-t-il lorsqu’un groupe de soldats et de pêcheurs japonais échoue en 1944 sur l’île d’Anatahan, dans l’océan Pacifique ? Que se passe-t-il lorsque ce groupe refuse d’admettre la défaite du Japon et croit que la guerre n’est pas finie ? Que se passe-il encore lorsqu’il découvre qu’une unique femme, une naufragée, Keiko, une Marlène Dietrich asiatique, y vit déjà là ? Eh bien, on le devine aisément, tous ces hommes vont se transformer peu à peu en prédateurs. Entre Keiko et ces hommes se joue une relation type maître/esclave, où le chasseur se laisse éblouir par sa proie, stimulant ainsi son instinct de domination et de meurtre. Ils vont se battre pour la Japonaise, s’entre-tuer pour la sensuelle Keiko. C’est donc aussi un combat pour l’exercice du pouvoir sur le groupe : volonté anthropologique de domination de l’homme sur la femme; volonté de domination politique de l’homme sur les hommes.
Autour de ce combat pour la femme et pour le pouvoir, la caméra de Sternberg se fait explorateur. Les plans en noir et blanc de la végétation et des jungles tropicales, pourtant reconstituées en studio, défilent sous nos yeux avec une précision prodigieuse. Les longs travellings dans la forêt reconstituée, qui encadrent ou entourent la violence des hommes et le regard envoûtant de Keiko, nous entraînent dans un voyage mythologique où l’enfer des hommes côtoie la nature paradisiaque : un enfer où les luttes de pouvoir se déroulent dans un monde fermé, isolé comme le sont tous les pouvoirs tyranniques et mortifères; un paradis où se mêle la beauté primitive de la terre à la sensualité d’Ève, la première femme. Du grand cinéma.

Fièvre sur Anatahan
Joseph von Sternberg
Japon – 1953
En salles depuis le 5 septembre 2018
Disponible en DVD et Blu-ray

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *