« Nobody’s Watching » de Julia Solomonoff

11 mai 2018

Nobody's Watching (2)

Il arrive parfois, notamment dans les grandes villes, d’avoir le sentiment de ne pas exister, d’être transparent, de vivre la mélancolie de la solitude. C’est ce qui arrive à Nico, un comédien argentin, venu à New York pour tourner un film et, espère-t-il, y faire carrière. Le film tant attendu est repoussé de jour en jour. Nico – l’excellent Guillermo Pfening – vit de petits boulots. Il est disponible pour faire du baby-sitting. Il est d’ailleurs toujours disponible, comme le sont les solitaires, désœuvrés, en attente de quelque chose qui ne veut pas arriver ou qui lui est refusée. Nico souffre, boit, provoque, joue les durs, mais il donne le change, toujours souriant, bienveillant. Il ne manque pas d’humour lors d’échanges attendris avec des femmes latino immigrées ou de dérision lorsqu’il va d’un appartement à l’autre son fauteuil sur la tête. New York l’avale mais ne le digère pas, le rejette même. Il est invisible sauf pour le bébé de sa sœur, qui lui, semble être le seul à le reconnaitre. Écrasé par le poids de l’anonymat, il est en train de perdre son identité argentine, sans pour autant gagner la newyorkaise. New York d’ailleurs est vu ici hors des images familières que l’on connait. Ce sont plutôt des parcs pour enfants gardés par des immigrées, des pistes cyclables bordant des autoroutes urbaines, les bords de l’Est River ou de l’Huston River, les quartiers populaires du Lower Manhattan ou de Battery Park. Un autre New York, qui n’est pas celui des touristes, mais celui des caissières de supermarchés, des serveurs de restaurants ou des bars de nuits chaudes. Un film plein d’humour et de tristesse à la fois. De la difficulté de vivre à l’étranger, d’être un étranger dans la solitude urbaine… et américaine ! Une parenthèse douloureuse au terme de laquelle Nico retrouve son confort et sa notoriété en revenant à Buenos Aires… ce que tout immigré ne peut, hélas, pas toujours réaliser.

Nobody’s Watching de Julia Solomonoff
États-Unis/Argentine…- 2017 –
Avec Guillermo Pfening, Marco Antonio Caponi et Elena Roger
En salles depuis le 25 avril 2018

======================================================================================

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *